Isolation du sol existant : mode d’emploi

Isoler un sol existant (carrelage, parquet…) n’est pas toujours une mince affaire, pourtant, cela peut représenter des économies d’énergies importantes.
Il existe deux grandes techniques d’isolation : en dessous du sol ou au-dessus du sol. Si la première solution est la plus simple, elle n’est malheureusement pas toujours possible. Comment réaliser l’isolation d’un sol existant ?

Vérifier la configuration du sol à isoler

Avant de vous lancer dans vos travaux d’isolation, il est important de vérifier le type de construction. En effet, selon la configuration de la maison ou du bâtiment, les techniques d’isolation de votre sol existant (revêtement, parquet, carrelage…) ne seront pas les mêmes.

Construction de la maison sur un terre-plein

Lorsque la dalle de votre sol est coulée directement sur la terre, on parle de construction de maison sur terre-plein. Ici, l’accès par en dessous est donc impossible.
Pour vos travaux d’isolation, nous vous recommandons la pose d’une chape étanche à l’eau pour éviter tout problème d’humidité à l’intérieur de votre pièce.

Maison construite sur vide sanitaire non accessible

Lors de la construction du logement, un vide sanitaire a été prévu entre la terre et le sol de la maison. Le vide sanitaire évite la remontée d’eau à l’intérieur. Parfois, l’espace est d’une épaisseur très réduite et n’est donc pas accessible.
La présence d’un vide sanitaire vous permettra tout de même de choisir entre l’isolation au-dessus du sol ou en dessous. Isoler sur le sol peut être conseillé si vous pensez changer le revêtement de sol ou installer un chauffage au sol.

Construction de la maison sur vide sanitaire accessible ou local non chauffé

Dans ce type de construction, il est possible d’accéder au vide sanitaire ou à une pièce non chauffée (cave, garage) sous le sol. Pour vos travaux de rénovation, vous pourrez alors prévoir une isolation par le dessous.
Attention cependant à bien conserver les ventilations de votre vide sanitaire lors des travaux.

Tout savoir sur l’isolation par le dessus

En isolant votre sol ainsi, vous supprimez les ponts thermiques qui sont à l’origine des déperditions thermiques. Vous réalisez ainsi des économies d’énergie.
Cette technique d’isolation est plus difficile à réaliser, mais dans certains cas, ce sera la seule possibilité.
Notez également qu’en isolant avec cette technique, vous perdrez en hauteur sous plafond.

Isolation sur le revêtement existant ou dépose du revêtement

Pour l’isolation de votre sol existant, vous pouvez laisser le revêtement en place lorsqu’il est rigide (carrelage par exemple). Dans le cas contraire, il faudra déposer le revêtement avant les travaux d’isolation.
Une isolation sur revêtement existant est plus facile à mettre en oeuvre. Cependant, cela crée de l’épaisseur et vous ne pourrez pas intégrer un chauffage au sol.
Lorsque vous enlevez le revêtement, il faut prévoir un temps de séchage si vous posez une chape au mortier.

Différentes méthodes d’isolation par le dessus

Cette isolation peut se faire à l’aide de différentes méthodes :

  • pose d’une chape flottante ;
  • pose de matériaux isolants en panneaux ou en plaque sous la dalle ;
  • pose d’un plancher hourdis ;
  • pose de chape isolante thermique.

L’isolation par le dessous : comment ça marche ?

L’isolation par le dessous des planchers est la plus simple à mettre en oeuvre. Vous n’avez en effet pas à toucher au sol : pendant tous les travaux, vous pouvez continuer à utiliser la pièce. Cela présente aussi l’avantage de conserver la hauteur sous plafond.
Il est possible de coller ou visser des panneaux isolants directement sur le plafond du sous-sol ou du vide sanitaire lorsque la surface le permet. Dans certains cas, il faudra prévoir une ossature pour visser dessus les matériaux isolants.
Attention, car si vous réalisez l’isolation à partir d’un garage, d’une cave ou d’un sous-sol, vous perdrez un peu de hauteur au niveau des murs et du plafond dans cette pièce.

Quels matériaux isolants choisir ?

Maintenant que vous en savez plus sur les techniques d’isolation sur le sol ou sous le sol, il est aussi très important de bien choisir les matériaux isolants.
En effet, selon le matériau choisi, les propriétés thermiques changent, tout comme le prix. Différents éléments sont donc à vérifier pour bien isoler vos sols.

Les critères de choix pour vos matériaux isolants

Pour choisir les bons matériaux isolants pour vos sols, vous devrez vérifier :

  • La résistance thermique : entre 1,5 à 3m2 par kW pour une construction sur terre-plein et entre 3,5 et 6m2 par kW pour un logement sur vide sanitaire ou local non chauffé.
  • La résistance à la compression : elle est importante pour limiter les risques d’affaissement, en cas d’isolation au-dessus du sol.
  • L’épaisseur des matériaux : cela aura un impact direct sur la hauteur sous plafond de la pièce lorsque vous isolez par-dessus.
  • La conductivité : plus la conductivité des matériaux isolants est faible, et plus il s’agit de bons isolants thermiques.

Les matériaux isolants

Le choix des matériaux isolants se fait en fonction de leurs caractéristiques thermiques, mais aussi selon votre budget.
Parmi les plus résistants à la compression, on retrouve la laine de verre, la laine de roche ou encore le verre cellulaire. Ce sont aussi les plus économiques et les plus simples à installer.
La fibre de bois ou de lin a un prix plus élevé, mais possède de meilleures qualités thermiques.
Enfin, parmi les isolants les plus onéreux et les plus performants, on retrouve le polystyrène expansé, le polyuréthane ou encore le liège.

Isolation thermique et isolation acoustique

L’isolation thermique est souvent la priorité lors de travaux de rénovation d’une maison, mais pensez également à l’isolation phonique. Elle est importante lorsque vous avez par exemple des pièces de nuit directement situées au-dessus de votre pièce de vie.
Les meilleurs matériaux pour une bonne isolation phonique seront la ouate de cellulose et la fibre de bois ou de coco.

Un logement avec une grande efficacité énergétique

Pour vos travaux de rénovation thermique, l’isolation du sol existant n’est pas la seule solution pour diminuer les déperditions thermiques. Savez-vous que 30% de la chaleur s’échappe au niveau du toit ? Pensez donc à l’isolation de vos combles en priorité !

Se chauffer au vert