Comment des matériaux isolants obtiennent-ils une certification ?

Lors de travaux de rénovation, l’isolation est une étape importante. Il est essentiel de bien choisir ses matériaux pour avoir des produits de qualité vous assurant une performance énergétique.
L’isolation a pour but de limiter les échanges de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur du logement. Pour cela, il est indispensable de supprimer les ponts thermiques et de renforcer les parois vitrées et opaques du logement. Le but est d’améliorer la performance énergétique et de réaliser des économies d’énergie pour une construction d’une maison ou tout simplement une rénovation.
Pour vous permettre de faire votre choix, il existe une certification des matériaux isolants. Il peut s’agir à la fois d’un isolant thermique, mais aussi d’un isolant phonique. C’est l’association pour la certification des matériaux isolants (ACERMI) qui se charge des tests nécessaires à ces certifications. Comment un matériau isolant obtient-il une certification ? Ces certifications sont-elles indispensables pour bénéficier d’aides de l’État ?

Qui est l’association pour la certification des matériaux isolants ?

Pourquoi une telle association a-t-elle été créée ? Quels sont son rôle et les avantages ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter d’apporter des réponses.

Le rôle de l’association ACERMI

L’association ACERMI a été créée en 1983 par des professionnels du bâtiment, le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et le LNE (Laboratoire National de Métrologie et d’Essais). Il s’agit d’un organisme indépendant. Son rôle est de valider les qualités thermiques d’un matériau isolant et de déterminer les bonnes conditions de son usage.
Ce sont les fabricants eux-mêmes qui décident de soumettre leurs matériaux à cette homologation. Elle est attribuée pour une période de deux ans renouvelables.

Les avantages des certifications

Obtenir une certification ACERMI est un véritable gage de sécurité et de qualité pour les professionnels, leurs clients et les assureurs. Cela vous assure une réelle fiabilité sur les performances d’isolation des matériaux utilisés.
Il ne s’agit pas de simplement vérifier la simple épaisseur de l’isolant, mais sa résistance thermique, à l’eau, son comportement mécanique, etc.

Le parcours de certification des matériaux isolants

Avant de réaliser des essais, il est bien évident que le respect de la norme sera la première vérification. Le produit doit avant tout obtenir un marquage CE pour pouvoir être mis sur le marché. Des éprouvettes sont préparées avec des échantillons de l’isolant pour réaliser les différents tests.

Des essais thermiques

Peu importe qu’il s’agisse d’un isolant organique (polystyrène expansé, polystyrène extrudé, etc.), d’un isolant végétal (laine de mouton, lin, etc.) et les isolants minéraux (laine de verre, laine de roche, etc.). L’isolant concerné (laine de verre, laine de mouton, polystyrène, etc.) doit avoir une bonne isolation thermique pour la surface que l’on souhaite isoler. Il peut s’agir des combles, de la toiture ou encore des murs.
Il s’agit de vérifier la conductivité thermique pour obtenir une réelle performance énergétique. Les éprouvettes sont soumises à des variations de température entre les deux faces. La résistance thermique de l’isolant est en fait la mesure de la chaleur transmise d’une face à l’autre et la différence de température entre ces deux faces.

Des essais mécaniques

Les essais mécaniques visent à vérifier les caractéristiques de résistance face à une utilisation de l’isolant. Il pourra subir des tests de compression, de fluage. Cela concerne essentiellement les isolants placés sous une chape en plancher bas.
L’essai de fluage déterminera la possible déformation des isolants. Une extrapolation est faite pour donner une idée de la déformation du produit sur dix ans.
Il est important d’avoir une idée du comportement des produits dans le temps et, en cas de souci, de trouver une solution pour y remédier.

Les autres essais

D’autres essais peuvent être réalisés, comme des tests de résistance à la vapeur d’eau ou, quelques fois, en réalisant une immersion complète ou partielle dans l’eau. Ces tests reproduisent les conditions réelles que peuvent subir les isolants.L’isolation de vos combles, de votre toiture ou de vos murs peut en effet être confrontée à l’eau et il est important de connaître la réaction des produits.

La certification CERKAL pour une isolation phonique

Il s’agit encore d’une association chargée d’attester des performances thermiques, mais aussi phoniques et de sécurité. Il s’agit de certifier des vitrages isolants (composé de 2 à 3 verres assemblés et séparés par un isolant), des vitrages feuilletés (composé de 2 ou 3 verres assemblés ensemble), les vitrages trempés (verre ayant subi un traitement thermique).

Doit-on utiliser des matériaux isolants certifiés pour bénéficier d’aides ?

Les travaux de rénovation ou de construction de votre maison nécessiteront une isolation. Qu’il s’agisse d’isoler votre toiture, vos combles ou vos murs, il est important d’utiliser un produit performant adapté aux caractéristiques de votre logement.
Vous pouvez obtenir des aides pour financer vos travaux de rénovation énergétique. Il existe plusieurs dispositifs :

  • le CITE : Crédit d’impôt pour la transition énergétique ;
  • l’éco-prêt à taux zéro pour des travaux de rénovation de votre maison ;
  • les certificats d’économie d’énergie ;
  • les aides de l’ANAH ;
  • le prêt de la Caisse d’Allocations familiales ;
  • la TVA à taux réduit.

Des produits plus performants qui vous permettront de réaliser des économies d’énergie et donc de chauffage impliquent un prix peut-être plus important. Ces certifications ne sont pas indispensables pour l’obtention d’aides.

La certification ACERMI des matériaux isolants et CERKAL sont donc une garantie supplémentaire au marquage CE, qui reste la norme.

Se chauffer au vert