Types d’isolants, quels sont les critères de choix ?

Savez-vous que la déperdition énergétique liée à une mauvaise isolation n’est pas la même au niveau du toit, des murs ou du sol ? 20 à 25 % pour les murs, 30 % pour le toit, mais pour y pallier, de nombreux matériaux destinés à l’isolation thermique et acoustique du bâtiment existent.
Plus ou moins performants, avec des conditionnements et prix variés, voyons quels sont les types d’isolants disponibles. Et surtout, quels sont les critères pour choisir l’isolant adéquat.

1 – Choisir un isolant : matériaux et prix

Pas évident de choisir un isolant au regard du nombre de produits qui existe sur le marché. Le type de matériau ou son prix peuvent être un critère important, tout comme son faible impact sur l’environnement ou sa faible consommation d’énergie liée à sa fabrication.

Les isolants synthétiques

Polystyrène expansé ou extrudé, polyuréthane ou polyester sont des matériaux issus de la pétrochimie. Malgré leurs qualités thermiques, leur impact sur l’environnement et la santé est à considérer.
Leur prix varie de 10 à 20 euros le m² pour 100 mm d’épaisseur.

Les laines minérales et les isolants minéraux

Les laines minérales sont les types d’isolants les plus utilisés dans la construction ou en rénovation. La laine de verre et la laine de roche offrent une isolation avec un bon rapport rendement thermique/prix. Les risques sur la santé et l’environnement restent controversés.
Les prix pour une épaisseur de 100 mm se situent de 3 à 10 euros le m² pour la laine de verre et de 5 à 10 euros le m² pour la laine de roche.
Il existe aussi les isolants minéraux : verre cellulaire, vermiculite, perlite ou argile expansée. Ces matériaux résistent bien au feu, aux rongeurs, à l’humidité et à la compression.
Les prix varient de 50 euros le m² pour le verre cellulaire, à près de 190 euros le m³ pour la perlite.

Les isolants réflecteurs minces

Ces produits sont des films réflecteurs à base d’aluminium et mousses synthétiques. Leurs avantages sont leur haut pouvoir thermoréfléchissant et leur faible épaisseur.
Ce matériau s’utilise souvent pour l’isolation sous toiture ou l’isolation du sol. Son prix varie de 5 à 10 euros le m².

Les isolants biosourcés

Choisis pour leur faible impact sur l’environnement, ces matériaux renouvelables réduisent aussi l’empreinte écologique des travaux.
Ils possèdent une bonne résistance thermique et acoustique et un confort d’été amélioré, notamment avec l’isolant de bois recyclé. Ils peuvent être d’origine végétale ou animale.

  • La laine de bois ou bois feutré : prix de 10 à 20 euros le m² pour 100 mm d’épaisseur.
  • La ouate de cellulose : en vrac, environ 30 euros le m³.
  • Le liège expansé : le prix de 10 à 30 euros le m² en fonction de l’épaisseur et de la densité.
  • Le chanvre : environ 15 euros le m² pour 100 mm d’épaisseur.
  • La paille : blocs de construction à 40 euros/m³ et en vrac de 2 à 5 euros.

Vous pouvez également trouver de la laine de coton ou de mouton ou des isolants mixtes (tissus recyclés).

2 – Connaître la performance thermique d’un isolant

Isoler votre maison évite les déperditions de chaleur avec un rendement énergétique performant. Il est important de vérifier la capacité des isolants à résister au passage des flux thermiques : chauffage ou flux extérieur.
Pour choisir votre isolant, vérifiez la résistance thermique et la conductivité thermique du produit, sans oublier le critère de résistance à la vapeur d’eau.

La résistance thermique des isolants

S’assurer de la performance énergétique des isolants, c’est connaître leur résistance thermique au flux de chaleur, notée R sur les produits. La résistance informe sur l’épaisseur de l’isolant qui doit être mise en oeuvre.
La règle est simple : un coefficient de résistance thermique élevé garantit un matériau isolant.
Respecter ce critère permet aussi de bénéficier des aides de l’État. Sachez que lors de vos travaux d’isolation, pour obtenir un crédit d’impôt, le R doit être égal à 8 pour la toiture et à 4 pour un mur.

La conductivité thermique des isolants

Le second critère important pour le choix d’un isolant est sa conductivité thermique. Il s’agit de la propension du matériau à conduire la chaleur.
La règle, là aussi, est simple : plus la conductivité thermique (notée lambda ) est faible, plus le matériau isolant, à épaisseur égale, sera performant.

La résistance des isolants à la vapeur d’eau et au feu

Les types d’isolants sont évalués selon leur résistance au feu, critère très important en rénovation. La résistance au feu va de la classe A pour un isolant peu ou pas combustible à E et F pour un isolant très combustible.
Le choix des types d’isolants dépend du critère de diffusion à la vapeur d’eau et à l’humidité. L’isolant doit être capable d’évacuer l’humidité, mais préserver l’étanchéité à l’air.
La résistance à la vapeur d’eau est notée sd. Un isolant dont la valeur sd est inférieure à 10 assure une bonne diffusion. Les matériaux bien notés sont la laine de bois, la ouate de cellulose, le chanvre par exemple.

3 – Le système d’isolation

Choisissez les types d’isolants en fonction du système d’isolation, mais également en fonction des parties de la maison à isoler. L’isolant et son épaisseur réglementée (résistance thermique) seront différents si vous isolez un mur, le sol, une toiture ou des combles perdus ou aménagés.
La technique d’isolation joue également un rôle dans le choix des isolants. Les produits s’adaptent à différentes solutions. Ils doivent permettre de doter la maison d’un confort énergétique suffisant, de réduire les ponts thermiques et réduire la consommation de chauffage.

  • Isolation par l’intérieur ou ITI : laines minérales et isolants biosourcés en panneaux ou rouleaux.
  • Isolation par l’extérieur ou ITE : polyuréthane ou polystyrène en panneaux.
  • Isolation répartie : isolants intégrés à la maçonnerie comme les blocs de construction monomurs, les blocs d’argile expansée ou le béton cellulaire.

4 – Le conditionnement des isolants

Le conditionnement est aussi un critère à prendre en considération quand il s’agit d’isoler sa maison. En fonction des types d’isolants, la mise en oeuvre ne sera pas la même si vous choisissez des panneaux, des rouleaux ou du vrac.
Les rouleaux et les panneaux s’utilisent pour les murs et plafonds. Le vrac, laine de verre ou de roche par soufflage ou ouate de cellulose, est un conditionnement pratique pour isoler les combles perdus.

Sachez que des labels peuvent guider votre choix en matière d’isolation thermique et phonique : Perfomance, Qualitel, Acotherm…
N’hésitez pas à demander les conseils d’un professionnel qui pourra, grâce à un bilanthermique, vous aider à choisir le meilleur type d’isolation et les isolants associés.

Se chauffer au vert