Nos conseils pour entretenir votre poêle

L’entretien d’un poêle à bois ou d’un poêle à granulés est encadré par le RSDT (Règlement Sanitaire Départemental Type). Au-delà du nettoyage régulier accompli par vos soins, le texte prévoit une maintenance annuelle réalisée par un professionnel certifié comprenant un ramonage semestriel du conduit de fumée auquel est joint un entretien annuel avec vérification complète de l’appareil et l’installation.
Indispensable au bon fonctionnement de votre poêle, cet entretien effectué par un professionnel conditionne également toute indemnisation en cas de sinistre dans la maison. En effet, pour être couvert par votre assurance, vous devrez produire le certificat de ramonage prouvant que vous êtes à jour de vos obligations légales.
Dans cet article, voyons en détail quel entretien est nécessaire pour respecter les règles de sécurité et garder son poêle en bon état sur le long terme.

L’entretien du poêle au quotidien

Comme tout appareil de chauffage à combustion (y compris cheminée et insert), votre poêle nécessite un entretien régulier pour optimiser son fonctionnement en matière de performance et de sécurité.
Qu’il s’agisse d’un poêle à bois ou d’un poêle à granulés (ou pellets), voici nos conseils d’entretien.

L’entretien courant d’un poêle à bois

Pour nettoyer votre poêle à bûches, commencez par enlever la suie sur les parois en fonte ou vermiculite du foyer puis videz le bac à cendres avec un aspirateur à cendres. Procédez au contrôle du creuset : toutes les arrivées d’air doivent être parfaitement dégagées.
Nettoyez la vitre avec un chiffon humide et de la cendre sans mouiller les pièces métalliques et les joints de la porte. N’hésitez pas à utiliser un produit nettoyant spécial vitre de cheminée et d’insert si la suie résiste.
Bon à savoir : l’encrassement des poêles à bûches, cheminées et inserts est favorisé par l’utilisation de bois de chauffage humide et un fonctionnement au ralenti.

L’entretien courant d’un poêle à granulés

L’entretien du poêle à granulés est semblable à celui du poêle à bûches, mais la liste s’allonge avec le contrôle de la bougie d’allumage et de la ventilation. Ces pièces doivent être débarrassées des cendres et des résidus produits par la combustion.
Une fois par mois, aspirez la poussière du réservoir à granulés (le granulé de bois est composé de sciure compactée). Profitez-en pour vérifier que des résidus de combustion ne se sont pas concentrés au niveau des échangeurs de chaleur. Videz les cendres du collecteur de fumées situé sous le foyer.

Le matériel pour l’entretien des poêles

Pour entretenir votre poêle à bois ou à pellets, certains produits et accessoires peuvent vous rendre service. En voici la liste :

  • aspirateur à cendre ;
  • goupillon en acier ou nylon ;
  • brosse en acier ou nylon ;
  • hérisson en acier ou nylon ;
  • joint silicone ;
  • joint rond tressé ;
  • joint à fibre ;
  • seau et pelle à cendre ;
  • produit nettoyant pour vitre de cheminées et d’inserts ;
  • produit rénovateur pour fonte.

L’entretien annuel du poêle assuré par une entreprise certifiée

Tous les ans (ou toutes les 2 000 heures de chauffage pour les poêles à granulés), il est nécessaire de faire appel au service d’un professionnel qualifié pour l’entretien en profondeur de votre appareil.
Essentiel pour préserver les performances de votre poêle (mais aussi de votre cheminée ou de votre insert), cet entretien annuel de l’installation comprend :

  • le nettoyage du foyer, de l’extracteur de fumées, du creuset et du tiroir à cendres ;
  • la vérification des joints ;
  • le contrôle de l’arrivée d’air.

Pour l’entretien des poêles à granulés, le chauffagiste ajoutera à cette liste :

  • le nettoyage du ventilateur d’air chaud ;
  • le contrôle des fils électriques, pressostat et câble d’alimentation.

En fonction du contrat, le prix de l’entretien annuel varie entre 80 et 160 euros.

Le ramonage deux fois par an

Poêle à bois ou poêle à pellets, le conduit de cheminée doit être ramoné au moins deux fois par an, pendant et hors période de chauffe. La fréquence de ramonage est fixée conformément au RSDT (Règlement Sanitaire Départemental Type).
L’article 31-1 précise que les conduits de fumées utilisés pour l’évacuation des gaz de combustion doivent être :

  • Maintenus constamment en bon état d’entretien et de marche.
  • Soumis à un ramonage périodique afin d’assurer son bon fonctionnement et sa sécurité (protection contre les risques d’incendie et d’émanations de gaz nocifs).

L’article 31-6 indique qu’un appareil de chauffage doit être vérifié, nettoyé et réglé au moins une fois par an ou plus selon les conditions et la durée d’utilisation. Ces opérations doivent être effectuées par une entreprise qualifiée. Un certificat de ramonage doit être remis par le professionnel à l’issue de l’intervention.
Le prix d’un ramonage est compris entre 40 et 80 euros selon l’état du conduit de cheminée et la région où se trouve votre maison.

Bon à savoir : En cas de sinistre, votre assurance ne vous couvrira que si vous justifiez d’un certificat de ramonage. Un ramonage réalisé par vos soins à l’aide d’un hérisson ou de bûches de ramonage ne sera pas pris en compte.

Se chauffer au vert