Qu’est-ce qu’un poêle de masse à longue inertie ? Particularités du poêle à accumulation

Remontant à l’époque romaine, le principe d’un poêle de masse à longue inertie repose sur la lente répartition de la chaleur. Qu’il soit recouvert de faïence comme en Alsace ou bien construit en terre ou en béton, le poêle de masse accumule la chaleur dans ses parois pour les diffuser petit à petit, pendant 24 heures. Son rendement, aussi efficace qu’un poêle à granulés, et sa flambée unique en font un appareil intéressant pour les personnes qui ne sont pas présentes la journée pour recharger le poêle. La chaleur produite par la combustion à vive allure s’emmagasine dans les matériaux constituants le poêle et se diffuse par rayonnement dans la maison. La combustion devant être à pleine puissance, elle réduit considérablement les suies dans le conduit de fumées.

Le fonctionnement d’un poêle à accumulation de chaleur

Le principal avantage d’un poêle de masse à longue inertie est son fonctionnement sans électronique ni électricité. De plus, il peut assurer la production d’eau chaude sanitaire grâce à un système de thermosiphon (ou un circulateur, mais il faudra de l’électricité).

— A lire également : Tout savoir sur la cheminée à foyer fermé —

Comment assurer la diffusion par inertie de la chaleur dans le poêle de masse ?

Le poêle de masse est un appareil constitué d’un foyer en fonte ou en briques. Le conduit de cheminée est doté de chicanes et ralentit les fumées à très haute température à l’intérieur de l’appareil.

La combustion dans le foyer à rayonnement

Ce système de construction utilise des matériaux permettant d’emmagasiner la chaleur comme les briques, le béton, la pierre ollaire (sur les poêles finlandais) ou des carreaux de faïence.
La construction peut comprendre des éléments tels qu’un four, une plaque chauffante ou un banc. Tous ces éléments permettent de restituer la chaleur et d’améliorer le confort.

La diffusion lente de la chaleur dans les matériaux à accumulation

Lors de la flambée, la température atteint son pic en deux heures, puis les matériaux de construction diffusent la chaleur doucement dans tout l’habitat grâce au rayonnement.
La diffusion se fait, selon le type de poêles, sur une durée de 5 à 48 heures. Le matériau réfractaire assure le confort thermique dans l’habitat sans courant d’air.
Le foyer diffuse une chaleur immédiate par la vitre ou les grilles selon le modèle, puis stocke l’énergie dans les parois du poêle de cheminée.

L’installation du poêle de masse à l’intérieur de l’habitat

Plusieurs éléments sont à prendre en compte lorsqu’on assure le chauffage de sa maison avec un poêle de masse.

Le chauffage au bois bûche avec une bonne isolation

Le principe d’un poêle de masse à longue inertie, en raison de sa faible réactivité, se destine plutôt aux maisons bien isolées ou à forte inertie.
Les constructions à mur de pierre sont particulièrement adaptées à ce système de chauffage au bois en bûche.
La RT 2012, norme de construction en vigueur, exige que les appareils soient pourvus d’une régulation automatique pour être considérés comme chauffage principal. Ce n’est pas le cas d’un poêle de masse, sauf s’il est doté d’un système de restitution de chaleur.
Ce système permet de fermer les chicanes et de maintenir la température à l’intérieur de la masse de l’appareil. Cela stabilise les baisses de température. Les régulateurs sont programmables en fonction de l’heure et des températures souhaitées.

Le chauffage au bois en bûche, pour quel confort thermique ?

Une à deux flambées suffisent pour se chauffer avec un poêle de masse. Cela suppose d’être présent le matin et le soir pour alimenter le foyer en bûches de bois.
Plus récents que les foyers en brique réfractaire, les foyers en fonte permettent la double combustion. Ce système brûle les gaz et résidus produits lors de la combustion. Il augmente ainsi le rendement du poêle et réduit la quantité de bûches à brûler (plus de détails sur le principe de fonctionnement du poêle à combustion).
Les poêles n’ont pas tous la même inertie, un poêle simple aura une autonomie de quelques heures. Un poêle sur mesure, avec de nombreuses chicanes, prend beaucoup de place, mais aura une inertie pouvant aller jusqu’à 48 heures.

Le principe d’un poêle de masse à longue inertie peut-il remplacer une chaudière ?

Tout d’abord, comme pour les chaudières, les poêles à bois demanderont régulièrement un entretien et un ramonage des conduites. Le poêle de masse, comme tout poêle à bûches de bois ou à granulés, a une autonomie relative.
Si les modèles les plus puissants avec une forte inertie permettent une autonomie de 24 à 48 heures, en cas d’absence, la maison ne sera pas chauffée.
Le poêle à accumulation peut être relié au réseau d’eau chaude.
Il existe des modèles plus légers, dont l’inertie sera moins longue. Ces modèles peuvent justifier deux flambées par jour pour une inertie de 12 heures. À noter qu’il existe des modèles à granulés de bois ou à énergie mixte : bois et granulés.
Les prix de ces poêles à bois sont assez élevés. Il faudra bien étudier les contraintes avant de se lancer dans un tel projet.

Attention, le principe d’un poêle de masse à longue inertie oblige un poids de 1 à 6 tonnes. Il est nécessaire de prévoir une dalle supportant ce poids. Elle devra comprendre une couche d’isolation afin d’éviter les ponts thermiques.

Se chauffer au vert