Installer un poêle : les différentes étapes à suivre

Le poêle est un mode de chauffage économique et écologique. De plus en plus de familles font le choix du poêle pour chauffer leur intérieur. Il en existe différents types sur le marché en fonction des envies et des besoins. Dans tous les cas, l’installation de cet appareil nécessite de bien respecter les étapes et les consignes de sécurité. Suivez le guide !

Et si vous n’êtes pas encore certain du mode de chauffage pour lequel opter, lisez ceci.

Première étape : le conduit à utiliser pour votre poêle

Les poêles représentent une alternative intéressante à la cheminée. Il s’agit d’un système de chauffage particulièrement populaire, aussi bien pour son côté économique que pour son aspect design. Pour la première installation de votre poêle dans votre maison, il est important de vous poser quelques questions avant de vous lancer. Le conduit est un élément essentiel du fonctionnement puisqu’il permet l’évacuation des fumées.

Vous disposez d’un conduit de fumée déjà existant dans votre maison

Dans ce cas, les travaux seront moindres. Vous pourrez utiliser le conduit existant pour le raccordement de votre poêle, mais dans ce cas vous n’aurez pas la possibilité de choisir votre emplacement. Pour installer votre appareil, il faut cependant que votre conduit réponde à certaines normes. Vous devez aussi penser à faire tuber le conduit pour qu’il soit utilisable avec votre poêle. Cela revient à insérer un tube dans le conduit pour améliorer l’étanchéité et le rendement. Il existe aussi des distances de sécurité à respecter lorsque vous effectuez le raccordement de votre poêle. Dans tous les cas, pour cette étape délicate, il est vivement recommandé de faire appel à un professionnel qui saura vérifier la conformité de votre conduit et effectuer les modifications si ces dernières sont nécessaires.

Vous n’avez pas de conduit de fumée existant chez vous

Pour installer votre poêle, il faudra donc commencer par des travaux pour l’installation du conduit. La position du conduit sera à sélectionner selon les différentes contraintes de votre maison et le souhait pour l’emplacement futur de votre poêle à bois. L’intervention d’un installateur professionnel est nécessaire pour cette étape. L’évacuation des fumées est un élément essentiel pour installer un poêle à bois en toute sécurité.

Deuxième étape : le positionnement du poêle à bois dans votre logement

Vous avez résolu la question du conduit d’évacuation des fumées pour votre poêle. Maintenant, un autre point important : l’emplacement de votre poêle à bois dans votre maison. Cela dépend en premier lieu des caractéristiques de l’appareil : est-un équipement mural ? Est-ce un poêle rotatif ? Idéalement, nous vous conseillons d’installer votre poêle au centre de la pièce ou même de la maison si c’est possible. Cela permet une meilleure répartition de la chaleur et vous optimiserez ainsi le rendement de votre système de chauffage. Si vous optez pour une installation contre un mur, prévoyez tout de même un espace suffisant pour faire circuler l’air autour.
Il faut savoir que le poêle n’a pas uniquement vocation à chauffer la pièce : c’est aussi un élément design qui permet d’apporter de la convivialité à votre logement. Pour pouvoir bien profiter des flammes, il est important de réfléchir à son emplacement dans la pièce.

Troisième étape : bien penser à l’arrivée d’air

L’arrivée d’air joue un rôle essentiel dans l’installation de votre poêle. En effet, pour optimiser les performances de chauffage, la pièce chauffée doit impérativement être aérée. L’arrivée d’air permet d’assurer une bonne combustion : on parle d’air comburant. Sur les nouvelles constructions, une arrivée d’air directe est obligatoire. Cela signifie que l’air doit être puisé depuis l’extérieur, un vide-sanitaire ou un local ventilé, grâce à un conduit connecté à l’appareil. L’arrivée d’air directe est reliée à votre poêle par un tuyau à l’arrière ou sous l’appareil. Concernant la prise d’air, voici quelques règles à respecter :

  • Prise d’air à l’extérieur : elle doit se situer dans la mesure du possible face aux vents dominants et la connexion à l’appareil doit se faire par un tube rigide ou flexible.
  • Prise d’air dans le vide-sanitaire : la pièce doit être suffisamment ventilée. Par exemple, pour 100m2, la section de grilles ou d’ouvertures doit être égale à 500cm2 au minimum.

Quatrième étape : la pose de votre appareil

Les trois premières étapes que nous avons évoquées vous ont permis à ce stade de bien préparer l’installation de votre poêle. C’est maintenant le moment de passer à l’action. Pour ce type de projet, vous pouvez faire appel à un installateur professionnel si vous n’êtes pas bricoleur.
Souvent, lors de l’achat, une installation est proposée en plus dans le devis ou peut être incluse dans le prix. Si vous désirez vous lancer vous-même, sachez que la notice explicative fournie avec votre appareil vous aidera grandement. Suivez bien toutes les étapes recommandées en respectant scrupuleusement les règles élémentaires de sécurité :

  • Les distances de sécurité : l’emplacement du poêle doit respecter certaines distances de sécurité, aussi bien avec les meubles que les parois combustibles de la pièce. Vérifiez les distances en question dans la notice d’utilisation.
  • La protection du plancher : dans le cas où votre plancher est combustible, il est important d’installer une plaque en acier ou en verre sous votre poêle.
  • L’aération : installez votre poêle dans une pièce bien aérée, à côté de l’arrivée d’air.
  • Le détecteur de fumée et de monoxyde de carbone : pensez à installer cet appareil par sécurité. Vous serez ainsi alerté en cas de fuite et vous pourrez éviter un incident potentiel.
  • Le ramonage : n’oubliez pas de faire ramoner votre conduit une fois par an par un professionnel.

À savoir : Il est indispensable de mentionner à votre compagnie d’assurance que vous disposez d’un poêle à bois dans votre logement pour l’ajouter dans votre assurance habitation.

Chauffage écologique et énergies vertes