Pompe à chaleur : quelles différences entre basse et haute températures ?

La pompe à chaleur (PAC) produit de l’eau chaude en puisant des calories dans l’air extérieur et en les restituant au réseau de chauffage par le biais d’un fluide frigorigène. Ce système thermodynamique offre une chaleur optimale lorsqu’il fait froid et, sur les modèles réversibles, rafraîchir l’air d’une maison en cas de fortes chaleurs. Efficace et écologique, cette installation permet de réaliser jusqu’à 75 % d’économies sur votre facture énergétique.
On distingue deux types de pompe à chaleur air/eau : la pompe à chaleur basse température et la pompe à chaleur haute température. Les deux modèles se différencient donc par la température de l’eau qu’ils produisent. Pour choisir entre ces deux versions, il est nécessaire de se renseigner sur les spécificités de chaque installation.
Caractéristiques, avantages et contraintes d’utilisation, découvrez dès maintenant quelles sont les principales différences entre les pompes à chaleur haute température et basse température dans notre dossier complet.

La pompe à chaleur basse température

La pompe à chaleur basse température chauffe l’eau du circuit entre 35 et 40 °C environ. Ce système de chauffage permet donc de réguler sa consommation énergétique tout en bénéficiant d’un excellent rendement, l’écart entre la chaleur produite et la température extérieure étant peu important.
C’est le dispositif à privilégier si votre logement bénéficie d’une bonne isolation et requiert des besoins en énergie peu importants. Le modèle à basse température peut néanmoins se révéler insuffisant si votre lieu de résidence se situe dans une région où les hivers sont très rudes.

Les équipements compatibles avec une PAC basse température

Il est recommandé d’opter pour une PAC basse température si votre maison est pourvue d’un plancher chauffant ou de radiateurs basse température. C’est également le système à privilégier si votre logement est neuf ou bien isolé. C’est le cas notamment des logements neufs répondants à la réglementation thermique (RT) 2005 ou 2012.
En effet, ce type de maison nécessite un faible besoin de chauffage. On peut donc faire circuler de l’eau à une température inférieure à 50 °C, ou même à moins de 40 °C, lorsque le logement est doté d’un plancher chauffant.

Prix d’achat et coût d’usage

Cette solution thermique coûte entre 2000 et 13 000 euros. Moins onéreuse que l’autre modèle, elle nécessite néanmoins l’achat d’un nouveau système de chauffage si votre maison ne dispose pas d’émetteurs adaptés tels que les planchers chauffants. Il peut également être nécessaire d’optimiser le niveau d’isolation de votre logement pour éviter que le système ne se détériore.
La différence de prix se révèle donc particulièrement intéressante si vous résidez dans une construction neuve et que vous n’avez pas de travaux de rénovation à réaliser.

La pompe à chaleur haute température

La pompe à chaleur haute température chauffe l’eau du circuit à 65 °C, quelle que soit la température extérieure. Certains modèles atteignent même 80 °C par une température extérieure en dessous de 0 °C. Ce type de pompe est donc à privilégier lorsque vous résidez dans une région où le climat est particulièrement rigoureux durant la saison froide.
Tout en restant économe, la PAC haute température entraîne une consommation énergétique plus importante que la PAC basse température.

Les équipements compatibles avec une PAC haute température

Les performances d’une PAC haute température conviennent parfaitement pour une maison équipée d’émetteurs anciens tels que les radiateurs en fonte. C’est pour cette raison qu’on opte généralement pour cette solution dans le cadre d’une rénovation. Ce modèle de PAC vient alors remplacer une chaudière à fioul ou à gaz d’ancienne génération qui produisait de l’eau de chauffage à plus de 70 °C.

Prix d’achat et coût d’usage

Cette solution thermique nécessite un budget de 10 000 à 15 000 euros à l’achat. La consommation énergétique de la PAC haute température étant supérieure, son fonctionnement coûte également plus cher. Néanmoins, aucune rénovation n’est nécessaire avec ce système de chauffage. Aucun investissement supplémentaire n’est donc à prévoir après l’achat de votre installation.

Les principaux critères de choix d’une pompe à chaleur air/eau

Vous connaissez désormais la différence entre les deux types de pompes à chaleur. Une fois le type de PAC choisi, d’autres critères doivent être pris en compte afin d’opter pour le modèle idéal. En plus des réglementations, on compte trois critères de choix principaux :

  • Le coefficient de performance (COP) : il s’agit du rapport entre la puissance électrique consommée par l’appareil et la puissance calorifique restituée par ce dernier ; plus le coefficient est élevé, plus la PAC est performante.
  • Le coefficient de performance saisonnier (SCOP) : il définit les performances de la PAC sur toute une période de chauffe.
  • La puissance thermique ou puissance calorifique : exprimée en kW, elle désigne la quantité de chaleur produite par la PAC.
Se chauffer au vert